14 février 1933

Le Carnet Secret du Doc Rouge

Monsieur Laroche,

Quel ennui de l’entendre répéter ses mêmes histoires. De sa glorieuse
époque à la triste affaire des sœurs Papin qui l’a plongé dans son intoxication
éthylique. Il boit encore 10 verres de vin par jour, mais il ne siffle plus
qu’une bouteille de rhum, meilleur pour l’haleine selon lui.

Je peux écrire ce que je veux devant lui, le pauvre homme est illettré. Et
c’est un secret qu’il garde farouchement.

Mais bon, il va m’être utile pour mon projet secret et qui sait il pourrait
même peut être me protéger. Il m’est dévoué et je sais qu’il est encore alerte
même s’il a quitté la police.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *